chapitre 12 (chiant...dsl, on peut pas être brillant tous les jours...)

Publié le par Néron

Isaac se leva :

-         Je crois qu’il est temps de rentrer : il va bientôt faire jour.

-         Déjà ?! Mais vous ne m’avez quand même pas fait venir ici pour me montrer…cette lame invisible !

-         Et pourquoi pas ?

-         Parce que ! parce que….

-         Allez, viens

Marine se mit elle aussi debout. Ils sortirent de la grotte et furent un instant éblouis par le soleil. Isaac se remit à parler tout en cheminant :

-         Marine, est-ce que tu as entendu parler de certaines légendes…de pré-hommes

-         Comme les elfes ou les titans ?

-         Oui, c’est cela. Lorsque j’ai compris que cette épée n’était pas une simple lame mais un véritable héritage, je me suis mis en tête d’en percer les secrets, parce que, vois-tu, une épée c’est caractéristique des âges sombres comme le Moyen-Âge, et la technologie d’occultation n’avait même pas été découverte lorsque j’ai trouvé cette arme. J’étais donc face à un mystère : comment le passé et le futur s’étaient-ils combinés pour la forger ? Mon premier obstacle fut l’invisibilité de l’objet : il m’a fallu attendre près de sept ans pour en découvrir la raison. Mais toi aussi, Marine, tu sais qu’il existe des objets invisibles…

 

 

Marine se revit dans le palais. Elle était dans le petit salon, près de la cheminée. Elle n’avait alors pas plus de 8 ou 9 ans. Son père était rentré tard ce soir là, et elle s’était endormie sur le sofa.

Il l’avait réveillée en l’embrassant sur le front « bonne nuit ma chérie ». Comme une princesse, après tout elle en était une, elle avait ouvert les yeux et contemplé son père. Ce dernier, pris de remords de l’avoir ainsi perturbée dans son sommeil, lui murmura à l’oreille :  « Marine, dit-il, j’ai une surprise pour toi. » « C’est quoi ? un bijoux ? » « Tu vas essayer de deviner. Fermes les yeux ». Elle avait femé les yeux, avide d’une nouvelle gâterie. Son père lui posa un objet assez lourd entre les mains. « Gardes les yeux fermés : à ton avis c’est quoi ? » « Euh…une perle ? » « Presque » « Je donne ma langue au chat » glissa la petite fille dans un long baillement. « Ouvre les yeux »lui avait dit son père : « Mais tu ne m’as rien donné du tout ?! » se plaignit la gamine. « Ne regardes pas…sens le poids de l’objet au creux de tes paumes, entend le sonner contre le bois… » Mais Marine ne croyait que ses yeux et contemplait sa main désespérément vide. Son père s’aperçut de son trouble : « Marine…cet objet s’appelle une bulla, il mesure à quel point tu deviens mature…lorsque tu seras en mesure de voir au-delà des apparences, il te révèlera sa vraie valeur… »

 

 

Marine mit quelques secondes à revenir à la réalité. Elle sentit le vent lui caresser le visage, entendit les vagues se fracasser contre le rivage. Isaac était à côté d’elle :

-         Oui. Mon père m’en a montré un une fois. Mais ils présentent toujours des défauts : un peu comme s’ils étaient devenus transparents mais pas tout à fait invisibles. Alors que cette épée…

-         En fait il s’agit du même procédé. L’épée a subit une gravure très minutieuse qui lui permet de « conduire » les ondes lumineuses qui ressortent de l’autre côté inaltérées

-         Un peu comme du verre ?

-         Oui. Donc mon idée première a été de détruire ces micros-gravures pour voir l’objet en entier

-         Mais alors…pourquoi est-elle toujours occultée ?

-         Regarde.

Isaac prit une poignée de sable et frotta énergiquement sur la lame invisible de l’épée. Des rayures apparurent là où auparavant il n’y avait que du vide puis se résorbèrent :

-         Marine, je te présente ce qui fut mon deuxième écueuil : la régénération du métal.

-         Incroyable !

 

 

Publié dans La seconde fondation

Commenter cet article

nikita 21/02/2007 21:03

hum...la suite s'il vous plait